18 février 2013

Conclusion

Qui dit "Frankenstein" de nos jours entraînera dans l'imaginaire de son interlocuteur un déferlement d'images sombre, dont la figure mythique de la créature du film de Whale. On oublie trop souvent l'oeuvre originale de Mary Shelley pourtant tout aussi sensationnelle... Captivé par la beauté et l'horreur qui se dégagent du livre, le lecteur découvre une finesse et une profondeur d'analyse des moeurs humaines et de la soif de connaissance de l'homme, finesse que l'on ne retrouve pas dans l'adaptation cinématographique. En revanche, le film nous offre un nouvel aspect de l'histoire, plus axé sur son apect lugubre et terrifiant, intensifié par le jeu d'acteur de Boris Karloff, formidable dans son interprétation du monstre.

Boris-Karloff-Frankenstein-make-up- 

Boris Karloff en pleine séance de maquillage pour son rôle dans Frankenstein.

Le pathétique de la créature muette, incomprise et impuissante face à l'humanité nous pousse à suivre son destin jusqu'au bout, nous tenant en haeine tout du long. Grâce à cela, le film a connnu un succès immédiat dont les répercussions sont encore visibles près de deux siècles plus tard. En effet, il est encore estimé aujourd'hui comme l'un des meilleurs films de tous les temps et considéré comme un classique du septième art, inspirant de nombreuses productions horrifiques de par le monde (livres, films, bandes déssinés voire comédies musicales). De plus, les ventes du livre ont considérablement augmenté, faisant de cette oeuvre l'une des plus lues au monde.

cirque frankenstein

Une affiche publicitaire canadienne pour une représentation au cirque de Frankenstein, 2010.

Ainsi cette adaptation a-t-elle été bénéfique pour le roman, prouvant que les adaptations, malgré leurs défauts et leurs modifications nécessaires, permettentd'intéresser un plus large public à l'oeuvre originale, et de répandre une culture différente dans une catégorie de personnes originellement peu concernée.

En quelque sorte, le succès de Frankenstein et sa popularisation (voire sa vulgarisation) doivent beaucoup à l'adaptation au cinéma de James Whale, qui surpassa toutes les autres, pourtant nombreuses et diverses, par son charme et sa manière de retranscrire l'humanité d'un monstre tel que celui de Mary Shelley. En nous transmettant un témoignage du XIXème siècle, le réalisateur et "scénariste" a su comprendre que le message de Mary devait être répercuté de générations en générations impérativement.

On peut néanmoins se questionner sur l'utilité pour James Whale d'écrire un scénario postérieur à l'adaptation, La Fiancée de Frankenstein, qui connut un succès bien moindre, car il lui manquait le style délicat de la jeune femme, et rendant l'oeuvre cinématographique plus commerciale et donc forcément moins poétique... 

Posté par FrankensteinTPE à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Conclusion

Nouveau commentaire