Frankenstein, du livre au film.

16 janvier 2013

Introduction

For ages human beings have tried to solve the mystery of creation, and to find throughout their discoveries a way to create artificial life, but they never thought of the consequences these discoveries could bring out. However, Mary Shelley considered this idea in her gothic work, Frankenstein, published for the first time in 1818. This novel offers us a captivating plot, but also a philosophic meditation about life.

We all know the story of Doctor Frankenstein who, passionate by sciences, solves the mystery of life and a monster upon whom he lost control. However, although this story is very famous, its success is not only due to its author's writing skills, but mainly to the cinematographic adaptation realized by James Whale, 1931. Everyone remembers the monster that Whale created, with the two screws planted in his neck.

So how come the adaptation to the screen of Mary Shelley's Frankenstein has helped the novel to become famous?


First, we'll study the literary work: the conditions in which it was written, Mary Shelley's inspirations, the way she lived the publication of her novel and the public reception. Then we'll study the film: its differences with the novel, the reasons of its success, and the reasons why it's still  a blockbuster nowaday's. 

Posté par FrankensteinTPE à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 février 2013

I- Le livre

 a) Contexte historique et culturel



Au XIXe siècle, durant la période littéraire du mouvement gothique, le monde vit une révolution industrielle et scientifique. Les progrès de la médecine sont considérables: on assiste au développement de vaccins, tel que le vaccin contre la rage, et à des découvertes importantes, comme celle de la tuberculose, ou de la morphine. C'est dans cet univers en pleine évolution que Mary Shelley a vécu.

  180px-MaryShelley

Mary Shelley, peinte par Richard Rothwell

 

Mary Shelley naît sous le nom de Mary Godwin en 1797 en Angleterre, de l'union de la philosophe féministe Mary Wollstonecraft et de l'écrivain politique William Godwin, tous deux propriétaires d'une maison d'édition. Mary passe son enfance entourée de livres, elle reçoit une éducation riche et littéraire, et demeurera toute sa vie entourée de grands esprits intellectuels. En 1814, elle rencontre le poète Percy Byshe Shelley. Les deux jeunes gens tombent amoureux, bien que le jeune homme soit déjà marié. Cette liaison vaudra à Mary de nombreuses disputes avec son père, jusqu'à ce que'lle décide de fuir en France avec son amant. Ils laissent derrière eux la femme de Percy, qui se suicide de désespoir. Le couple entreprend de nombreux voyages en Europe, avant de rentrer en Angleterre après que Mary est tombée enceinte. La situation est on ne peut plus mauvaise: la jeune femme subit une grossesse difficile et est souvent malade, son père refuse de lui adresser la parole, et Percy est criblé de dettes. En Février 1815, Mary fait une fausse couche. S'en suit une dépression nerveuse, dont elle se remet doucement lorsqu'elle tombe enceinte pour la seconde fois l'été suivant. Elle se marie alors avec Percy, et devient Mary Shelley.

 

 

Percy Shelley

Percy Shelley, peint par Amelia Curran

 

Peu de temps après, alors âgée de 19 ans, Mary, son mari et la soeur de ce dernier décident de passer un été à Genève avec Lord Byron, le grand écrivain romantique notamment connu pour avoir écrit Manfred. Mais le mauvais temps les enferme chez eux, où ils s'inventent toutes sortes de jeux pour tromper l'ennui. Un soir, ils décident de se raconter des histoires d'horreur ; ils en viennent à discuter des progrès fulgurants de la médecine. L'un d'eux évoque alors Erasmus Darwin, qui prétend avoir réussi à ramener de la matière morte à la vie, et donc à avoir résolu le mystère de la vie et de la mort. De là leur vient l'idée d'inventer des histoires d'horreur les plus terrifiantes possible. Mais ils abandonnent vite cette idée, et seule Mary, inspirée par l'un de ses cauchemars, ira au bout de son projet en écrivant l'histoire du monstre et du scientifique fou, qui deviendra mondialement connue lors de sa première publication en 1818 sous le nom de Frankenstein, ou le Prométhée moderne.


Mary est l'une des grands auteurs gothiques, mouvement anglais du XVIII/XIXe siècle caractérisé par des histoires mystérieuses aux décors sombres, par des personnages types: le religieux, le scientifique, le fou etc, et des situations sombres: secrets qui reviennent hanter le présent, pacte avec le diable, et bien d'autres.

Posté par FrankensteinTPE à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2013

I- Le livre

b) Inspirations 

 


 

Mary Shelley puise principalement son inspiration dans les textes des auteurs qu’elle affectionne, ainsi que dans son environnement, dans les paysages de son enfance (un petit faubourg de Londres très vivant à l’époque) et dans ceux qu’elle visite avec son mari, (qui l’influence également beaucoup dans l’écriture de ses œuvres), c’est-à-dire tout particulièrement les bords du lac Léman, les panoramas de divers pays européens, de même que les glaciers de Haute-Savoie, parmi lesquels Chamonix, la mer de glace, le Mont Blanc et bien d’autres encore (des paysages dont on retrouve les échos dans la partie épistolaire du roman où Robert Walton décrit à sa sœur l’océan arctique)... Mais la jeune femme s’inspire également des échos scientifiques et littéraires qu’elle entend lors des discussions avec son cercle d’amis, qui compte les plus grands intellectuels de l’époque (notamment, comme dit précédemment, son mari Percy Bysshe Shelley, le poète Lord Byron, Samuel Taylor Coleridge, poète romantique, Aaron Burr, ancien vice-président des Etats-Unis, l’écrivain Thomas Love Peacock, ou encore le poète William Wordsworth...)

 

Somers-Town-in-London-cir-010

Somers Town, lieu de naissance de Mary Shelley mais aussi l'une de ses grandes sources d'inspiration

 

Parmi les œuvres qu’elle cite ou qu’elle reprend dans son livre, on compte les Ruines des empires du comte de Volney, Vies des hommes illustres de Plutarque, Les Souffrances du jeune Werther de Goethe, et bien d’autres, mais avant tout le fil conducteur de l’évolution de la créature, qui revient régulièrement par le biais d’allusions ou de citations dans l’œuvre, Le Paradis Perdu, de John Milton (dont un extrait fait également office d’épigraphe). On remarquera que tous ces écrits font partie ou influencent fortement le mouvement romantique. Un autre  grand texte romantique revient plusieurs fois dans le livre : le poème de Samuel Taylor Coleridge Le Dit du Vieux Marin (1798). C’est en effet par le biais de ce poème que s’effectue l’unification du récit de Walton et de Victor Frankenstein. Toutes ces inspirations romantiques ont donc fortement aiguillé le roman originellement gothique de Mary Shelley, lui conférant un charme particulier et délicat...

Une autre source d'inspiration importante fut le Dr. James Lind (1736–1812), le "mentor" scientifique de Mary Shelley à Eton en 1809 et 1810.

 

{C4AC7A1A-4474-4249-80E5-5810BBDE5646}Img100

Couverture du Dit du vieux marin, de Samuel Taylor Coleridge, édition The Floating Press

 

 

Mais pour écrire Frankenstein, fait moins anecdotique qu’il n’y paraît, l’intrigue serait venue à l’auteur d’un rêve, ou plutôt d’un cauchemar qu’elle aurait fait… Ainsi, selon ses dires dans l’introduction ajoutée au roman (dans la nouvelle édition datée de 1831) : « Je vis –les yeux fermés, mais avec une vision mentale aigüe– […] Je vis le phantasme hideux d’un homme allongé, puis, par la mise en route de quelque engin puissant, montrant des signes de vie, et se mettant à tressaillir, à se mouvoir maladroitement, à moitié en vie. Vision assurément effrayante, car un suprême effroi  résulterait de toute entreprise humaine visant à parodier le stupéfiant mécanisme du Créateur du monde. ». La jeune mais non moins talentueuse écrivaine expose ici clairement son sentiment à propos de l’intrigue principale de son livre, mais elle nous explique aussi d’où lui est venu l’éclair de génie qui lui a permis d’imaginer et écrire d’un tel chef-d’œuvre. 

Dans cette même introduction, Mary Shelley va même jusqu’à  décrire l’horreur vécue par le créateur du monstre  dans son « apparition », celui qui inspirera le personnage de Victor Frankenstein : « Il dort ; mais il est réveillé, il ouvre les yeux ; voilà que l’horrible chose se tient à son chevet, ouvrant  ses rideaux et le contemplant avec des yeux jaunes, mouillés, mais interrogateurs. ».

Elle ajoutera justement quelques lignes en dessous, résumant d’où a surgi cette idée tout en suggérant qu’elle s’apparentait dans ce « rêve éveillé » au créateur de la monstrueuse bête du livre « L’idée [qui] s’imposa à moi. « J’ai trouvé ! Ce qui m’a terrifiée terrifiera les autres ; je n’ai qu’à décrire le spectre qui a hanté mon oreiller à minuit. » […] Le jour même, je commençai ».

 On peut également imaginer, sans tenter évidemment une quelconque analyse psychologique, que cette sorte d’hallucination de l’auteure cache un mal-être de cette dernière, dissimulé sous sa grande culture et sa profonde intelligence. N’oublions pas que cette jeune femme se marie à l’âge de dix neuf ans, et qu’elle entreprend l’écriture, malgré sa condition de femme au XIXème siècle, dès ses dix sept ans.

 Ainsi peut on penser que parfois Mary souffrait d’une jeunesse qu’elle n’a pas eu, d’une innocence qu’elle à perdue tôt, comme le monstre de Frankenstein qui devient vivant sans avoir jamais ri, sans avoir rien appris auparavant, que ce soit la parole, l’écriture, les principes humains de notre société, ou ce qui est bien et ce qui ne l’est pas ; sans recevoir une seule éducation, sans avoir jamais été un enfant insouciant à un moment donné de son existence.

frankenstein-mary-shelley

Couverture de Frankenstein ou le Prométhée Moderne, collection HRW Library

 

 

Enfin nous pouvons nous interroger quand à l’origine du titre : Pourquoi « Frankenstein » ? Et que signifie « le Prométhée moderne » ? 

De même que John William Polidori, auteur gothique anglo-italien du début du XIXème siècle auquel on attribue la création du vampirisme, qui écrit en 1819 (quelques années après la publication de Frankenstein) Ernestus Berchtold ou l’Œdipe moderne, Mary intitulera son roman Frankenstein mais le sous-titrera le Prométhée Moderne, en référence à la mythologie grecque et au mythe de Prométhée, mythe qui actuellement est connu sous deux formes : la première légende est celle dont Mary a repris l’intrigue principale (et la morale), dans laquelle Prométhée désigne un Titan qui aurait créé les hommes à partir d’argile et d’eau, que Zeus condamna à être torturé... La seconde forme de ce mythe, plus répandue, raconte que Prométhée, («le Prévoyant») aurait dérobé le feu à Zeus pour l’offrir aux hommes, caché dans un bâton creux. Furieux, Zeus l’aurait alors condamné à être enchaîné sur le Mont Caucase, dans l’Atlas, le foie rongé par un aigle et perpétuellement reconstitué.

 Quand au nom «Frankenstein», il tirerait son origine du château Frankenstein, près de Darmstadt (Allemagne), où vivait Johann Conrad Dippel (théologien, médecin et alchimiste du XVIIIème siècle, figure qui parcourt le roman au travers des réflexions de Victor Frankenstein), et qui aurait fasciné la jeune adolescente durant sa visite, au cours de l’un de ses nombreux voyages.

FFA5BABD31F3B3E3A5D2178F41FAE5__1_


Chateau de Frankenstein. Photographie par Peter Stehlik.


Posté par FrankensteinTPE à 16:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2013

I- Le livre

c)The Public and the reading public's reception

 


 

Mary Shelley's novel, Frankenstein or The Modern Prometheus had 3 publications, at different times.  

The first one, in three volumes, with a preface written by Percy Shelley, was published January 1st 1818 in only 500 copies by the small London publishing house, because the novel was first rejected by Percy Shelley and Byron's editors. This first edition was published anonymously, that is why there were different speculations about the author's real name (people thought for a long time that Percy Shelley was the real author), hence a negative criticism. 

77799a

Frankenstein's first edition.

The second edition was published on August 11th 1822 in two volumes, just after the success of Richard Brinsley Peake's play: Presumption or the Fate of Frankenstein, which had contributed to the novel's renewal. Finally, these two first editions had a lukewarm success in regards to the public's reaction. 

However, on October 31st 1831, the third edition was published, and it is this one which still is a huge success nowadays. It results from Mary Shelley's heavy revision: she had to make the story more conservative, and she wrote the preface herself this time. 

Currently, we are still able to find the 1818's edition: in fact most scholars prefer this edition because it preserves the spirit of Shelley's original production.  

Nevertheless, we should not forget that this story was written within the framework of a suggestion from Lord Byron: he suggested to his friends to write a ''ghost'' story. And it was Mary Shelley's one which was the most successful and a source of satisfaction for her. Moreover, her novel’s writing lasted around one year (May 1816 – Spring 1817), which is very fast for a consequent work. It shows that Mary Shelley was very motivated and implied in the writing. 

Due to her parents' fame as writters, Mary Shelley started to write very early. However, in 1818, she was only 19 years old, and not self-confident. That is the reason why she published her novel anonymously.

Despite her young age, she was very lucid and she did not expect such a great and rapid success. On the contrary, she was quite satisfied with the reading public’s reception. 

Moreover, in the preface of 1831, she writes: ''It is true that I am very averse to bringing myself forward in print''. Then she wrote that this novel really helped her to grow up: she had difficulty in having children, that is why she considered the novel as ''hideous offspring''.  

Furthermore, she had thought about many scientific notions she had been familiar with thanks to her father who was a scientist and that she transmitted to her characters, such as: science like hubris (it means the excess that the monster is representative of, the gathering between two strengths, which are the research of knowledge and his cruelty to humans), researcher's psychology (what was Victor Frankenstein’s aim? Did he want to bring that ‘material’ back to life?), the power of God as a Creator (finally, how and why the monster is created)... 

What is more, she lived at a time when women were considered inferior to men, so they were not supposed to be writers let alone ''ghost'' story writers. Therefore, she always remained in her husband's shadow.  

If she had lived in our century, she would be shocked and surprised by the book's fantastic success.


Posté par FrankensteinTPE à 14:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

II- Le film

a) The links with the novel

 


 

Frankenstein or The Modern Prometheus has been adapted to the screen several times, and the one which had the greatest success was James Whale's one, released in 1931.


Trailer of Frankenstein, by James Whale

 

If nowadays the book has a great success, it is partially due to the film, because of its huge success.

Since the film is based on the novel, they are many similarities and differences: the novel leans more on philosophical monster's thought, with his searches and discoveries, while to movie insists more on the terrific side of the story.

But, since it's a film, it cannot fully illustrate the novel; otherwise the film would be too long and probably too boring too. Futhermore, some characters in the novel are not very important, that is why James Whale decided not to make them appear in the movie. He decided to delete Victor Frankenstein's little brother from the story. However, he added Fritz, the scientist's assistant. Due to this change, the story seems more terrific, but less emotional: Victor doesn't have to see his brother dying. 

frankenstein_1931_3

Poster of Frankenstein used to promote the movie in 1931.

 

The monster is a serial-killer. It's a new phenomenon both in literature and on the screen at that time. But in the novel, the creature seems to be very clever and cultured, which makes him even more frightening.

The director took liberties (there are more differences than similarities). To start with, in the film the monster does not talk, whereas in the text it does. In the original novel, the monster was said to be beautiful and was alert, fast, strong, and downright eloquent in his speech. In the movie, its beauty became a sick mockery of what the doctor had intended to do and the Monster was described as 'hideous'. These, and his strength, are all that remains of the monster from the novel when transferred to the movie. On the screen, everything is based on the acting.

At the end of the movie, the creature dies, whereas in the novel, he goes into exile.

There are also entire passages omitted in the film : for example, the moment when the monster is alone in a room reading books to learn different knowledge does not figure in the film, because it can’t be adapted in a movie (too long and not enough action: no one wants to look at a monster reading for hours). 

Few scenes are highlighted in the film, like the one in which Victor Frankenstein creates the monster: the scene takes place in a gloomy room, while there is a storm outside, whereas in the book, the only information is: ''the light of a flickering flame''.

Finally, the characters' names are reversed: nowadays, when we talk about Frankenstein, we think about the monster, whereas it actually refers to monster's creator. 

Posté par FrankensteinTPE à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

II- Le film

b) Les raisons du succès

 


 

En réalisant le film Frankenstein, un classique du cinéma d'horreur , James Whale a conservé l’esthétique impressionniste du roman, qui consiste à représenter les impressions plutôt que la réalité. Il fit bâtir d’incroyables décors tels que la sombre tour de guet aux escaliers en colimaçon dans laquelle s’élève la table d’opération où le monstre prend vie, ou encore les gigantesques escaliers où Fritz, l’assistant du Docteur Frankenstein, dans le film, a du mal à se repérer. 

 

Frankenstein (1931), différents extrais dévoilants des décors somptueux

 

 La première apparition du monstre créé par le docteur Victor Frankenstein est très marquante en raison du maquillage effroyable que Jack Pierce a conçu et de la succession de gros plans qui le révèle. Le front proéminent du monstre, ses paupières tombantes semblables à celles d'un somnambule et son teint cireux lui donnent un air inhumain, effroyable. Cette impression est renforcée par l'excellent jeu d'acteur de William Henry Pratt, sous le pseudonyme de Boris Karloff, à propos duquel les critiques de l'époque ne tarissaient pas d'éloges. Le reste du casting fait aussi preuve d'un talent exceptionnel, malgré quelques petites erreurs de jeu telles que des exagérations.

 

v2_pg_38_monster_1_rex

Image officielle du film 

 

 Il s’agit d’un film gothique (tout comme l'oeuvre écrite originale) au vu de l’ambiance noire et morbide qui y règne. L’obscurité du film est très travaillée, cependant on note la présence constante d'un personnage "clair" souvent habillé de blanc pour ne pas rendre l'obscurité trop importante, voire aveuglante. Ces jeux d'ombres constants donnent une atmosphère à la fois magique et horrifique au film, le monstre risquant de surgir de l'obscurité à tout instant.

C'est ce caractère terrifiant qui a su séduir les spectateurs amateurs de suspens et de frissons. Ceux-ci s'attachent aux personnages, craignant à chaques instants pour leurs vies. James Whale a habilement renforcé cet effet  angoissant en ajoutant des personnages inédits, notamment l'adorable petite fille que le monstre noie. Cela décuple la haine du public envers le monstre, et de la même manière son intérêt pour le film.

Le budget du film est estimé à 291 000 dollars, une somme peu mirobolante pour l’époque. Mais James Whale a réussi à rendre son film attrayant malgré quelques éléments peu charmants, comme l’appareillage électrique invraisembable ou l’absence quasi-totale de travelling, c'est a dire de mouvements latéraux de caméras permettant de mettre en valeur certains éléments de mise en scène. Un budget de seulement 10 000 dollars a été consacré aux effets spéciaux qui sont simples, sans pour autant paraître spectaculaires aujourd'hui. Cependant ils furent très impressionants à l'époque.

James Whale était l'un des premiers réalisateurs de films fantastiques à user d'effets sonores pour faire réagir le public. En plus de la musique, on retrouve ainsi dans Frankensein une variété de bruits, étonnants pour notre ouïe (comme le tonnerre ou la"machine" électrique au début du film), nous plongeant dans un jeu d'illusions auditives.

Le cinéma étant à son apogée au début du XXe siècle, attirant un public de plus en plus nombreux, le succès de Frankenstein, ancré dans son époque, était prévisible. En revanche, aujourd'hui certains défauts scénaristiques et de mise en scène nous apparaissent clairement aujourd'hui, comme un certain manque de rythme par moments, ou des décors grossiers.

 

Posté par FrankensteinTPE à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

II- Le film

c) Les répercussions

 


 

Le fim a connu un succès immédiat, avec plus de 3700 entrées à Paris dès le jour de sa sortie. Tourné pour 291 000 dollars, Frankenstein en rapporta 12 millions au box-office.

La popularité du film n'a pas été sans conséquences, à tel point que plusieurs suites ont été inventées, telle que La Fiancée de Frankenstein (toujours réalisé par James Whale et interprété par les mêmes acteurs), aux succès plus ou moins importants, mais toujours inférieurs à celui du film originel. Cependant après le tournage du troisième volet (Le Fils de Frankenstein), qui fût très impopulaire, sans doute en raison de la lassitude du public, l'acteur Boris Karloff a exprimé son regret d’avoir participé à ce film.  D'autres réalisateurs se sont essayés à des adaptations, la plus connue étant celle de 1994, réalisée par Kenneth Branagh, où le monstre est interprété par Robert de Niro.

frankenstein_robert_de_niro

Robert De Niro dans le rôle du monstre, Frankenstein, 1994

Mais les adaptations ne sont pas uniquement cinématographiques. De plus en plus de comédies musicales, des bandes dessinées ou encore de spectacles de patinage artistique sont réalisés à partir de l'histoire de Frankenstein. Mais peu resteront aussi marquantes que l'excellent film de James Whale, qui reste une référence du cinéma d'horreur et une grande source d'inspiration pour toute personne désirant réaliser une oeuvre effrayante.

Un extrait d'une planche de Comic datant de 1973, réalisée par Mike Ploog pour le compte du Marvel Comics Group.
Sur cette vignette, on peut voir le monstre qui a l'intention de partir à la recherche de son créateur...

L'oeuvre de James Whale a aussi engendré un autre phénomène: l'explosion des ventes du roman. A la sortie de celui-ci, il eut beaucoup de succès, notamment grace à la polémique qu'il engendra (les esprits conservateurs le jugeaient trop violent) mais il fut rapidement oublié. Lors de la sortie du film en 1931, tous s'arrachèrent l'oeuvre originale qui devint ainsi l'un des romans les plus lus dans le monde. 

L'adaptation cinématographique de Frankenstein de James Whale eut donc un rôle très important à jouer pour l'oeuvre de Mary Shelley, lui apportant un second souffle ainsi qu'une renomée mondiale. 

 

Posté par FrankensteinTPE à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2013

Conclusion

Qui dit "Frankenstein" de nos jours entraînera dans l'imaginaire de son interlocuteur un déferlement d'images sombre, dont la figure mythique de la créature du film de Whale. On oublie trop souvent l'oeuvre originale de Mary Shelley pourtant tout aussi sensationnelle... Captivé par la beauté et l'horreur qui se dégagent du livre, le lecteur découvre une finesse et une profondeur d'analyse des moeurs humaines et de la soif de connaissance de l'homme, finesse que l'on ne retrouve pas dans l'adaptation cinématographique. En revanche, le film nous offre un nouvel aspect de l'histoire, plus axé sur son apect lugubre et terrifiant, intensifié par le jeu d'acteur de Boris Karloff, formidable dans son interprétation du monstre.

Boris-Karloff-Frankenstein-make-up- 

Boris Karloff en pleine séance de maquillage pour son rôle dans Frankenstein.

Le pathétique de la créature muette, incomprise et impuissante face à l'humanité nous pousse à suivre son destin jusqu'au bout, nous tenant en haeine tout du long. Grâce à cela, le film a connnu un succès immédiat dont les répercussions sont encore visibles près de deux siècles plus tard. En effet, il est encore estimé aujourd'hui comme l'un des meilleurs films de tous les temps et considéré comme un classique du septième art, inspirant de nombreuses productions horrifiques de par le monde (livres, films, bandes déssinés voire comédies musicales). De plus, les ventes du livre ont considérablement augmenté, faisant de cette oeuvre l'une des plus lues au monde.

cirque frankenstein

Une affiche publicitaire canadienne pour une représentation au cirque de Frankenstein, 2010.

Ainsi cette adaptation a-t-elle été bénéfique pour le roman, prouvant que les adaptations, malgré leurs défauts et leurs modifications nécessaires, permettentd'intéresser un plus large public à l'oeuvre originale, et de répandre une culture différente dans une catégorie de personnes originellement peu concernée.

En quelque sorte, le succès de Frankenstein et sa popularisation (voire sa vulgarisation) doivent beaucoup à l'adaptation au cinéma de James Whale, qui surpassa toutes les autres, pourtant nombreuses et diverses, par son charme et sa manière de retranscrire l'humanité d'un monstre tel que celui de Mary Shelley. En nous transmettant un témoignage du XIXème siècle, le réalisateur et "scénariste" a su comprendre que le message de Mary devait être répercuté de générations en générations impérativement.

On peut néanmoins se questionner sur l'utilité pour James Whale d'écrire un scénario postérieur à l'adaptation, La Fiancée de Frankenstein, qui connut un succès bien moindre, car il lui manquait le style délicat de la jeune femme, et rendant l'oeuvre cinématographique plus commerciale et donc forcément moins poétique... 

Posté par FrankensteinTPE à 18:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2013

Sources

 http://www.filmsfantastiques.com/article-19365482.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Frankenstein_%28film,_1931%29

http://hyperbate.fr/dernier/?p=10343

http://sebd59.centerblog.net/848-frankenstein-1931-100-ans-universal

http://sfstory.free.fr/films/frankenstein.html

http://lefilmetaitpresqueparfait.hautetfort.com/archive/2012/11/13/frankenstein-1931.html

http://www.horreur.net/critique-1677-556-Frankenstein.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Frankenstein

http://en.wikipedia.org/wiki/Mary_Shelley

http://www.dailymotion.com/video/x8gath_frankenstein-1-6_creation?search_algo=2#.USZZPaWpCSo

http://wiki.answers.com/Q/what_are_differences_between-frankenstein_book_and_the_movie

http://www.antiessay.com/free-essay/86558.html

http://scifi.stockexchange.com/questions/6338/how-is-the-original-frankenstein-movie-193/-different-film-the-novel

http://www.caroodelet.put.klz.ca.us/frankenstein/reviews/frankenstein%20site%203363.htm

Virgule n°24/Nov/2005

Préface et présentation de Frankenstein de Mary W. Shelley et de Jean-Pierre Naugrette, Les Classiques de Poche, Le livre de poche

Encyclopédie Universalis (une partie est disponible sur internet : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frankenstein/)

http://www.fan-de-cinema.com/films/frankenstein-1931.html

http://www.allocine.fr/film/fichefilm-6038/secrets-tournage/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Shelley

http://www.ignatiusinsight.com/features2008/jpearce_introfrank_oct08.asp

http://www.utsc.utoronto.ca/~mcuddy/ENGB02Y/MShelley.html

http://littexpress.over-blog.net/article-mary-w-shelley-frankenstein-ou-le-promethee-moderne-101355477.html

http://www.unexplainedstuff.com/Mysterious-Creatures/Who-Was-the-Inspiration-for-Dr-Frankenstein.html

http://www.swissinfo.ch/eng/specials/extraordinary_exiles/The_creation_of_the_Lake_Geneva_monster.html?cid=12808

Posté par FrankensteinTPE à 19:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]